L’histoire du métier de docker



Travaillant dans les ports, le docker travaille dans les ports de marchandises. En l’occurrence, ces ouvriers ou ces ouvrières s’occupent du chargement et du déchargement des cargaisons transportées par les navires. Il s’agit d’un métier très physique qui demande de la force et de la rapidité. En effet, certains produits à charger ou à décharger peuvent être souvent des denrées périssables ou soumises à des contraintes de délais. Comme tous les métiers, celui-ci a également eu ses débuts et ses évolutions.

Les dockers à l’origine

On attribue souvent l’image de « gros bras » aux dockers et c’était surtout le cas dans le passé. En effet, à ses débuts, le métier consistait à transporter un grand nombre de marchandises sur le dos. Les articles transportés étaient souvent lourds et volumineux et les dockers devaient avoir la force nécessaire pour les porter.


Lorsque les marchandises trop volumineuses ou en vrac ne pouvaient pas être portées à dos par les dockers, les grues s’en chargeaient. Ces ouvriers du port passaient par la coupée pour accéder au navire et s’occupaient du déchargement de la cargaison de l’appareil.

- Assurance bateaux -
assurance-bateau
assurance-bateau
assurance-bateau
assurance-bateau

Ainsi, pendant deux siècles, le travail d’un docker consistait à un travail organisé et contrôlé et il n’est pas rare que les ouvriers sombrent durant les périodes de chômage. En effet, le métier dépendait entièrement du commerce inhérent à la navigation maritime ainsi qu’aux changements imprévisibles de la météorologie. Il n’était donc pas rare que le docker n’ait pas de travail pendant une longue période.

Durant les périodes d’activité parfois très réduites, les ouvriers travaillent parfois à temps plein ou partiel selon la quantité de cargaison à charge ou à décharger et le volume de travail disponible.

Le métier de docker a beaucoup évolué

Tout a changé dans la seconde moitié du XXe siècle. En effet, la modernisation du transport maritime a apporté beaucoup d’évolution dans le métier de docker. L’automatisation est au cœur du métier et a permis d’accélérer les mouvements et les flux de travail.

Face à cette automatisation, les dockers ont dû acquérir plus de de compétences afin de s’adapter à l’évolution technique de leur métier. Désormais, ils doivent être capables de se servir de différents appareils de manutention comme le chariot élévateur, la grue et bien d’autres encore. Malgré l’automatisation, le métier requiert toujours de la force physique

- Annonce -

Voir aussi : 7 milliards d’€ de promesses d’investissements pour le port de Dunkerque

Cependant, une évolution des conditions sociales du métier a fortement impacté les manutentionnaires. Auparavant, pendant des siècles, la manutention portuaire était régie par l’intermittence et les dockers devaient se présenter à leur employeur chaque jour pour proposer leur travail.

Les choses ont changé en 1939 suite à un décret délivré aux autorités portuaires concernant la délivrance de cartes professionnels pour chaque docker selon les besoins de chaque site. L’acte appelé « loi du 28 juin 1941 » a par la suite complété ce texte. Celui-ci évoque le passage au recrutement pour accéder à la fonction de dockers professionnels intermittents ou permanents.

En 1992, le statut de docker a encore changé lorsque la loi a donné aux entreprises de manutention portuaire le droit de recruter des dockers grâce à des contrats de travail de droit commun.

Articles connexes

- Annonce -

Catégories Populaires

spot_imgspot_img

Lire aussi

Un horizon d’innovations avec la propulsion hydrogène dans le...

La propulsion hydrogène, souvent vanté comme le carburant idéal pour la décarbonation, suscite un...

Révolutionner la transformation maritime avec le projet MISSION

L'UE alloue 7,5 millions d'euros au TLIP alimenté par l'IOTA pour la transformation maritime...

Traversez le canal de Corinthe

Le canal de Corinthe est une très longue voie navigable qui traverse l'isthme de...

Le redoutable Pot-au-Noir, naviguer dans les calmes équatoriaux

Les navigateurs intrépides qui ont sillonné les océans ont toujours redouté une région particulière...

Quel avenir pour les projets flottants d’énergie solaire ?

Une étude réalisée par la Banque mondiale a révélé le potentiel d’installation de projets...

Harmonie en haute mer : naviguer avec astuce et...

Naviguer en mer est une danse délicate avec Dame Nature, où la météo est...