Rotterdam, le plus grand port européen



En dépit de la domination des ports asiatiques au début du XXIe siècle, le port de Rotterdam demeure le principal point d’accès maritime pour l’Europe du Nord-Ouest. Qui de plus, représente une des plus grandes régions économiques du monde. Fondé au XIIe siècle, ce vaste complexe portuaire ne cesse de se perfectionner au fil des années pour devenir une zone industrielle et portuaire d’envergure. Notamment, où les activités de production et d’échange prédominent. Focus sur ce plus grand port européen, situé sur la côte des Pays-Bas.


La transformation de l’espace portuaire au fil du temps

À ses débuts, notamment au XVIe siècle, Rotterdam était principalement un port de pêche. Situé le long d’un bras du delta formé par les fleuves Meuse et Rhin. Puis, au XVIIe siècle, il s’est transformé en un port de commerce. C’est cependant à la fin du XIXe siècle, avec l’avènement de la révolution industrielle en Europe du Nord-Ouest, que le port a réellement entamé sa formidable croissance.

Au cours du XXe siècle, le port s’est étendu le long du fleuve pour répondre à la demande croissante. Le port est devenu la « station-service » de l’Europe, en raison de l’explosion de la consommation de pétrole importé par voie maritime. Ainsi, le terminal pétrolier d’Europoort a été construit.

- Assurance bateaux -
assurance-bateau
assurance-bateau
assurance-bateau
assurance-bateau

Découvrez aussi: Zoom sur les plus beaux ports d’Europe

Après la Seconde Guerre mondiale en 1945, le trafic des conteneurs a connu une croissance fulgurante. Pour faire face, les administrateurs ont aménagé un banc de sable en mer du Nord. Ainsi, le port a été étendu avec la création de polders portuaires, donnant naissance au terminal à conteneurs de Maasvlakte en 1970. Un nouveau polder, Maasvlakte 2, a été aménagé en 2013 pour répondre à la croissance continue du trafic.


Désormais, il occupe la position de premier port du Northern Range

Situé dans le delta du Rhin aux Pays-Bas, Rotterdam occupe aujourd’hui la position de premier port d’Europe. S’étendant sur une distance de 42 kilomètres, de la Havre à Hambourg, et couvrant une superficie de 12 500 hectares, ce port majeur se divise en quatre catégories distinctes d’espaces :

  • Des zones dédiées au chargement et au déchargement des marchandises.
  • Des espaces réservés au stockage de conteneurs, de citernes et de produits chimiques.
  • Des zones industrielles comprenant des industries chimiques, des industries alimentaires ainsi que des raffineries pétrolières.
  • Des espaces dédiés aux services, qui englobent des bureaux de douane, des compagnies d’assurance, des sociétés commerciales, et bien d’autres encore.

Un grand port européen pour les échanges commerciaux

Depuis sa création, Rotterdam s’est établi en tant que principal point d’entrée des marchandises en Europe. Il offre un accès à la mer du Nord et à la Manche, parmi les voies maritimes les plus fréquentées au monde. De plus, situé à l’embouchure du Rhin, il se trouve au cœur de la mégalopole européenne, la région la plus densément peuplée d’Europe avec plus de 150 millions de consommateurs dans un rayon de 500 kilomètres autour du port.

Bien que Rotterdam soit le premier port européen, il occupe la quatrième place à l’échelle mondiale, derrière les ports chinois de Shanghai, Ningbo et celui de Singapour. Dans les années à venir, il pourrait même se classer sixième en raison de la croissance exceptionnelle des exportations chinoises, avec les ports de Tianjin et Guangzhou en progression.

- Annonce -

Le port de Rotterdam accueille le giga porte-conteneurs de ONE

ONE Innovation, l’un des plus grands porte-conteneurs au monde, est arrivé à RWG dans le port de Rotterdam. Le navire mesure 400 mètres de long et 61 mètres de large, avec une capacité de 24 136 EVP.

Pour mettre en valeur les caractéristiques durables du navire, la compagnie maritime japonaise Ocean Network Express (ONE) a fait arrimer le navire à l’extérieur avec des conteneurs magenta ONE pour l’occasion.

Technologies avant-gardistes du port de Rotterdam

En effet, plusieurs initiatives et développements sont mise en avant à Rotterdam. Notamment, pour améliorer l’efficacité, la sécurité et la durabilité du port. Certaines des technologies mises en avant incluaient :

Automatisation portuaire :

Rotterdam investit dans l’automatisation des opérations portuaires pour augmenter l’efficacité et réduire les temps d’attente pour les navires. Des technologies installées telles que:

  • les grues automatisées,
  • les systèmes de guidage automatique pour les véhicules portuaires,
  • des terminaux intelligents.

Internet des objets (IdO) :

Des capteurs et des dispositifs connectés étaient déployés dans tout le port pour surveiller en temps réel les activités et les infrastructures. Cela permettait une meilleure gestion des ressources et une réduction des temps d’arrêt non planifiés.

Blockchain :

Rotterdam explorait l’utilisation de la technologie blockchain pour améliorer la transparence et la traçabilité des transactions commerciales entre les parties prenantes du port, ce qui pouvait faciliter les opérations commerciales internationales.

Énergie verte :

Le port de Rotterdam mettait l’accent sur la promotion de sources d’énergie renouvelables pour alimenter ses opérations. Cela incluait l’utilisation de l’énergie éolienne, solaire et d’autres sources d’énergie verte pour réduire l’empreinte carbone du port.

Big Data et analytique :

Le port utilisait des technologies de Big Data et d’analytique pour recueillir et analyser des données massives, permettant une meilleure planification des activités portuaires, l’optimisation des itinéraires de transport et l’amélioration globale de la logistique.

L’autorité portuaire de Rotterdam lance la construction d’un nouveau site sur Maasvlakte II

Le 19 juin 2023, l’autorité portuaire de Rotterdam a signé un contrat avec Boskalis. Notamment pour la construction d’environ 40 hectares de nouveaux terrains dans le coin nord-ouest de Prinses Alexiahaven. La livraison du chantier est prévue fin 2023.

Outre la construction du site, Boskalis construit également deux barrages de sable.

Le sable libéré derrière ces barrages de sable à cause de l’approfondissement des bassins portuaires dans les années à venir peut être déposé et réutilisé pour créer de nouvelles terres de manière efficace.

En raison de la transition énergétique, les sites de la zone portuaire sont très sollicités. Cependant, le nombre de sites disponibles dans la zone portuaire existante se fait rare, c’est pourquoi l’autorité portuaire commence maintenant à construire de nouveaux sites sur Maasvlakte II. Un intérêt concret s’est déjà manifesté pour ces sites.

La construction de nouveaux sites a toujours plusieurs années d’avance sur l’implantation des entreprises. Ce temps est nécessaire pour construire les sites et leur permettre de s’installer. En outre, de nouvelles routes et d’autres infrastructures, telles que des services publics et des lignes de transmission vers ces sites, doivent également être construites.

Articles connexes

- Annonce -

Catégories Populaires

spot_imgspot_img

Lire aussi

Un horizon d’innovations avec la propulsion hydrogène dans le...

La propulsion hydrogène, souvent vanté comme le carburant idéal pour la décarbonation, suscite un...

Révolutionner la transformation maritime avec le projet MISSION

L'UE alloue 7,5 millions d'euros au TLIP alimenté par l'IOTA pour la transformation maritime...

Traversez le canal de Corinthe

Le canal de Corinthe est une très longue voie navigable qui traverse l'isthme de...

Le redoutable Pot-au-Noir, naviguer dans les calmes équatoriaux

Les navigateurs intrépides qui ont sillonné les océans ont toujours redouté une région particulière...

Quel avenir pour les projets flottants d’énergie solaire ?

Une étude réalisée par la Banque mondiale a révélé le potentiel d’installation de projets...

Harmonie en haute mer : naviguer avec astuce et...

Naviguer en mer est une danse délicate avec Dame Nature, où la météo est...