Bilan de 2023 : Une année de transformation pour le transport maritime PART II



Découvrez ici la suite de notre article du 7 juin 2024 sur les transformations dans le domaine du transport maritime en 2023.

5. Transporteurs d’ammoniac : Simultanément, il y a eu une demande croissante pour la construction de transporteurs d’ammoniac, en raison de l’anticipation croissante du transport maritime d’ammoniac en 2023 en tant que carburant alternatif et transporteur d’hydrogène.

En septembre, le constructeur naval sud-coréen HD KSOE a signé des contrats pour les quatre premiers très grands transporteurs d’ammoniac (VLAC) de 88 000 m3 au monde avec Capital Gas et Eastern Pacific Pte (EPS) de Singapour.

- Assurance bateaux -
assurance-bateau
assurance-bateau
assurance-bateau
assurance-bateau

En novembre, Hanwha Ocean a remporté une commande d’environ 498 millions de dollars pour la construction de quatre VLAC pour l’armateur grec Naftomar Shipping and Trading. Chaque VLAC pourra transporter 93 000 mètres cubes d’ammoniac, ce qui en fera le plus grand de ce type au monde à ce jour.

De plus, début décembre, l’opérateur pétrolier Maersk Tankers a commandé jusqu’à dix très grands transporteurs d’ammoniac (VLAC) chez Hyundai Samho Heavy Industries en Corée.

En outre, la construction de transporteurs de GPL capables de transporter de l’ammoniac est également en augmentation.

Cette poussée est étroitement liée à la reconnaissance croissante de l’ammoniac comme carburant alternatif et comme vecteur d’hydrogène, en particulier dans le contexte de la transition mondiale vers des sources d’énergie plus propres et d’une transition énergétique plus large.

- Annonce -

6. Le système de craquage d’ammoniac embarqué est pionnier dans la production d’hydrogène : une réalisation révolutionnaire s’est produite avec l’introduction du premier système de craquage d’ammoniac embarqué au monde. La merveille technologique a été introduite par le fournisseur espagnol de solutions de transport d’hydrogène H2SITE. Le système de craquage d’ammoniac embarqué génère de l’hydrogène de haute pureté couplé à une pile à combustible PEM qui sert à produire de l’électricité pour les consommations auxiliaires du navire.

Lire aussi : 5 ASTUCES POUR ÉCONOMISER LE CARBURANT DE VOTRE BATEAU

7. La propulsion assistée par le vent occupe le devant de la scène : Les solutions assistées par le vent ont rapidement gagné en popularité au sein de l’industrie maritime. La réalisation de nombreux projets et installations témoigne de l’essor croissant des technologies éoliennes. Notamment, les grands navires ont commencé à naviguer avec des solutions de propulsion éolienne alors que l’industrie explore les moyens d’exploiter les sources d’énergie renouvelables pour l’efficacité opérationnelle.

Un projet a fait la une des journaux cette année, à savoir l’installation d’ailes éoliennes à bord du Pyxis Ocean, affrété par Cargill. L’incorporation de systèmes de propulsion assistés par le vent devrait permettre d’économiser quotidiennement une quantité substantielle de carburant, ce qui entraînerait une réduction des émissions.

De plus, la compagnie maritime de vrac sec Berge Bulk a équipé son vraquier Newcastlemax, Berge Olympus, de quatre BARTech WindWings de Yara Marine Technologies.

Avec quatre WindWings installés, chacun possédant une envergure aérodynamique de 37,5 mètres de hauteur et 20 mètres de largeur, le Berge Olympus devrait économiser 6 tonnes de carburant par jour sur une route mondiale moyenne.

La société a déclaré que le projet de modernisation fait du Berge Olympus le cargo à voile le plus puissant au monde.

En outre, la compagnie maritime norvégienne Odfjell, en partenariat avecbound4blue, un développeur espagnol de technologie de propulsion assistée par le vent, prévoit d’installer le système de voile aspirante eSAIL® sur un chimiquier, ce qui en fera le premier navire-citerne au monde à exploiter ce type de technologie.

Actuellement, 31 grands navires océaniques sont équipés de systèmes technologiques d’assistance éolienne, ce qui équivaut à une capacité de transport d’environ 2 millions de tonnes de port en lourd. Il y a 8 navires prêts à faire face au vent en opération, 22 navires dotés d’installations de technologie de propulsion éolienne en attente et 5 navires de nouvelle construction en commande qui disposeront d’une technologie de propulsion éolienne principale.

Ces navires, en plus de plus de 20 petits cargos à voile et petits navires de croisière utilisant l’énergie éolienne, signifient qu’il y a actuellement plus de navires propulsés par l’énergie éolienne que le nombre total de grands cargos fonctionnant avec de nouveaux carburants à émissions faibles ou nulles dans le transport maritime mondial. flotte de plus de 50 000 navires.

Les installations de propulsion éolienne sur les grands navires sont en passe de dépasser la barre des 50 au début de 2024, selon l’International Windship Association (IWSA).

8. Captage, stockage et transport du carbone :

Northern Lights, une coentreprise créée par les géants de l’énergie Shell, Equinor et TotalEnergies, a franchi des étapes importantes cette année, marquant un pas de pionnier vers le premier transport et stockage transfrontalier de CO2 au monde.

Parmi ces réalisations, Northern Lights a élargi son portefeuille de commandes pour inclure quatre navires à CO2 liquéfié (lCO2). En outre, l’entreprise a conclu un accord commercial contraignant avec Yara International, un acteur norvégien du secteur de l’ammoniac.

Parallèlement, les majors de l’industrie japonaise intensifient leurs efforts visant à la construction de transporteurs de LCO2 et au développement d’une chaîne d’approvisionnement en CSC.

Fin novembre, Mistubishi Shipbuilding a livré un navire test de démonstration destiné au transport de dioxyde de carbone liquéfié. Le navire, nommé Excool, sera affrété par Nippon Gas Line Co., qui mène conjointement le projet NEDO, pour collecter et analyser les données opérationnelles grâce à des tests de démonstration du transport du CO 2  .

Outre les grands industriels japonais, le transport du CO2 a également suscité l’intérêt des grands acteurs de l’industrie pétrolière et gazière, le CSC gagnant en importance en tant que leader dans la décarbonisation des secteurs lourds à réduction.

9. Le chantier naval de Jiangnan dévoile la conception du plus grand porte-conteneurs à propulsion nucléaire : Le dévoilement de la conception du plus grand porte-conteneurs à propulsion nucléaire au monde par le chantier naval de Jiangnan représente un bond remarquable en matière d’ingénierie maritime et d’innovation énergétique.

Tirant parti du potentiel de l’énergie nucléaire propre, la conception dévoilée intègre une technologie de réacteur à sels fondus de quatrième génération, largement considérée comme très avancée à l’échelle mondiale.

Le très grand porte-conteneurs nucléaire est conçu pour atteindre « zéro émission » pendant le cycle d’exploitation du navire, a indiqué le chantier naval.

La propulsion nucléaire a suscité une attention et une considération accrues pour les applications maritimes, signalant une rupture avec les perspectives antérieures. Le regain d’intérêt pour la propulsion nucléaire des navires maritimes s’explique par plusieurs raisons impérieuses.

Premièrement, l’énergie nucléaire offre une alternative hautement efficace et durable aux systèmes de propulsion traditionnels basés sur les combustibles fossiles, répondant aux préoccupations liées aux émissions de carbone et à l’impact environnemental. Deuxièmement, la propulsion nucléaire offre une autonomie opérationnelle étendue et réduit le besoin de ravitaillements fréquents, améliorant ainsi l’autonomie et l’endurance des navires maritimes.

De plus, les navires à propulsion nucléaire peuvent fonctionner pendant de longues périodes sans les contraintes liées à la disponibilité du combustible conventionnel, ce qui les rend bien adaptés aux missions à longue portée et aux opérations navales stratégiques.

Par conséquent, plusieurs constructeurs navals et sociétés de classification se sont lancés dans des études pour explorer les conceptions et le potentiel du MSR comme voie potentielle vers un avenir décarboné, notamment ABS , Fincantieri , HD KSOE et Crowley .

10. Perspectives optimistes de BIMCO sur les objectifs de l’OMI pour 2030 : Clôturant l’année, BIMCO a offert une perspective optimiste sur la capacité de l’industrie maritime à atteindre les objectifs de l’OMI pour 2030. Cette analyse reflète les tendances du secteur des commandes et la demande de carburants alternatifs suscitée par l’impulsion réglementaire.

En résumé, 2023 a été une année de changements dynamiques et de réalisations remarquables au sein du secteur de transport maritime. L’élan pris dans l’adoption de technologies vertes, telles que les solutions éoliennes et les carburants alternatifs, signale une trajectoire positive vers une industrie maritime plus propre et plus soucieuse de l’environnement.

L’espoir pour 2024 est qu’elle apporte encore plus de progrès vers la durabilité et que les tensions géopolitiques, qui ont présenté des défis de sécurité pour le transport maritime mondial, puissent être surmontées.

Auteur/Autrice

Articles connexes

- Annonce -

Catégories Populaires

spot_imgspot_img

Lire aussi

Les bateaux-mouches histoire et évolution de ce tourisme fluvial

Depuis 1949, les bateaux-mouches sillonnent la Seine, devenant une partie intégrante du paysage historique...

Découverte du port de Saint-Nazaire

En bordure de l'Atlantique, niché dans la région des Pays de la Loire, le...

Juneau en Alaska dit non aux bateaux de croisière

Juneau, capitale de l'Alaska, se prépare à une décision cruciale. Les habitants de cette...

Célébration inoubliable des Fêtes Maritimes de Brest 2024

Tous les quatre ans, Brest se transforme en un carrefour mondial de la culture...

L’Utopia of the Seas une merveille de l’ingénierie moderne

Le colossal paquebot, Utopia of the Seas, a quitté Saint-Nazaire, marquant une étape importante...

Comment les cargos peuvent affronter les vagues scélérates

Les cargos et autres navires en mer doivent souvent composer avec des conditions météorologiques...