Portrait de Antoine, le navigateur aux multiples casquettes



La musique, la mer et la découverte sont une des plus grandes passions du navigateur Antoine. Cet homme porte toutefois plusieurs casquettes, car outre ces passions, il est aussi apparu à la télévision et son nom s’affiche également sur de nombreux ouvrages. Sans plus tarder, découvrez son portrait dans les lignes qui suivent.

Les débuts du navigateur Antoine dans la musique

Antoine, de son nom complet Pierre Antoine Muraccioli, est un navigateur, mais aussi un chanteur, auteur et compositeur. Il est né à Madagascar le 4 juin 1944. Antoine connaît un franc succès dès ses débuts dans la musique en 1965, l’année où il a signé son premier contrat avec Vogue.

C’est la chanson « Autoroute européenne numéro 4 » qui a fait de lui une star. Il enchaîne ensuite le succès avec le single « Les Élucubrations d’Antoine » sorti un an après. Vu le volume des ventes de cette chanson, un producteur l’a approché pour lui proposer d’autres tubes comme « Je dis ce que je pense », « Je vis comme je veux », etc. Il n’a pas beaucoup apprécié ces singles et a proposé « Votez pour moi ».

- Assurance bateaux -
assurance-bateau
assurance-bateau
assurance-bateau
assurance-bateau

Un grand changement s’est ensuite opéré vers le milieu des années 1960. Le navigateur Antoine s’est métamorphosé en changeant son aspect physique, mais aussi son style musical. Son single « Ramenez-moi chez moi » semblait dire qu’il n’était pas satisfait du show-business, mais le titre a quand même eu un franc succès et est même devenu n° 1 en Italie.

Il a commencé à adopter un style qui rappelle celui de Jacques Dutronc et a continué à conquérir l’Italie avec d’autres singles comme « Pietre », « Taxi », « Il Dirigibile », « La Tramontana », « Cannella » ou encore « L’uomo oggetto ».

Antoine : un grand voyageur depuis son enfance

Le père du navigateur Antoine est d’origine corse, mais la famille a beaucoup voyagé. Antoine a tout d’abord vécu à Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa famille a ensuite déménagé à Marseille, à Endoume, au Cameroun, puis à Grenoble. Vers les années 1960, il part à la découverte du folk-song en parcourant l’Est des États-Unis.

Ces nombreux déplacements ne sont pas les acteurs de sa passion pour le voyage bien qu’il ait traversé l’Atlantique 4 fois en paquebot jusqu’à l’âge de 10 ans. Ils ont juste fait de lui un grand voyageur à cette époque. Son statut de grand navigateur et sa passion pour la mer et les bateaux datent plutôt de 1969.

- Annonce -

La naissance de la passion d’un grand navigateur

Bien que le navigateur Antoine ait beaucoup voyagé depuis son plus jeune âge, c’est en 1969 qu’il a découvert sa passion pour la mer. À cette époque, lui et ses musiciens étaient en tournée dans le sud de la France. Ils louaient une maison à Saint-Raphaël et ont trouvé un bateau dans un vieux hangar abandonné.

Ils l’ont sorti et ont fait un petit tour d’une heure à bord. Arrivé sur terre, Antoine en voulait plus et a commencé à apprendre la voile. Il a commencé son apprentissage avec le livre « Apprendre la voile en dix leçons » de Éric Tabarly qu’il a trouvé par hasard.

En 1973, le navigateur Antoine est parti en Méditerranée avec des amis, mais cette expérience ne l’a pas satisfait à cause des responsabilités, des exigences du bateau, etc. Après, il tombe sur un autre livre (toujours par hasard) qui lui a fait comprendre que ce n’est pas le bateau le problème, mais les autres.

Il s’est donc lancé dans la navigation en solitaire en louant un bateau et en partant de Juan-les-Pins jusqu’à Saint-Tropez. Il s’est ensuite dirigé vers la Bretagne où il a loué une brise de Mer pour rejoindre la Belle-Île et La Rochelle. C’est après cette escapade en solo que sa vie a changé. Il a donc décidé de faire appel à des professionnels pour concevoir son propre bateau.

En 1974 il a largué les amarres d’une goélette en acier. Son embarcation mesure 14 m de long et a été construite à Rhône. Il continue à voyager en solitaire à bord de ce navire. Le navigateur Antoine a parcouru l’Atlantique, le Pacifique, l’océan Indien et la Méditerranée et a parcouru environ 40 000 milles de 1974 en 1980.

À partir de 1981, il navigue toujours en solitaire, mais sur un sloop de 10,05 m construit sur le chantier Prometa de Tarare. Il s’est limité à l’Atlantique et au Pacifique à cette époque. En 1989, il change de nouveau son bateau en optant pour un catamaran de 12,50 m. Il l’a baptisé « Banana Split ». Il a fait un nouveau tour du monde à bord de ce bateau en empruntant le canal de Panama et en traversant le cap de Bonne-Espérance. Après ce tour du monde, il a navigué en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Polynésie française.

Le navigateur Antoine à la télévision

Vers 1991, le navigateur Antoine s’est consacré à la réalisation de documentaires axés sur les plus belles îles et les plus beaux endroits au monde. Ses documentaires ont été diffusés sur plusieurs chaînes en citant par exemple Canal+, France 2, TV5, etc. Même Warner Home Video s’est intéressé à ses œuvres et l’ont distribué sous forme de vidéocassettes, DVD et Blu-Ray.

Outre les documentaires, il tournait aussi dans des films et interprétait en général son propre rôle. Il a ensuite enchaîné les apparitions à la télévision dans des émissions, car ses histoires de voyage fascinaient le public. Parfois, il portait également la casquette de conférencier en commentant en général ses œuvres ou encore ses films.

Antoine l’écrivain

En plus des diverses casquettes qu’il porte, le navigateur Antoine est aussi écrivain. Il découvre son amour pour la lecture après que les éditions Arthaud l’ont remarqué. Ils lui ont demandé d’écrire un livre « Le Globe-Flotteur ».

Il a ensuite sorti d’autres ouvrages dont un roman par provocation intitulé « 1965 » qu’il a écrit comme pour régler ses comptes avec le monde du show-bizness qui l’a en quelque sorte déçu. En parallèle, il a sorti des chansons dont « Touchez pas à la mer » qui a été utilisé pour lancer une campagne destinée à sensibiliser les enfants sur la protection des océans.

Lire aussi : Bernard Tapie, cet amoureux de la mer

Crédits photo: Antoinebanana, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Articles connexes

- Annonce -

Catégories Populaires

spot_imgspot_img

Lire aussi

Un horizon d’innovations avec la propulsion hydrogène dans le...

La propulsion hydrogène, souvent vanté comme le carburant idéal pour la décarbonation, suscite un...

Révolutionner la transformation maritime avec le projet MISSION

L'UE alloue 7,5 millions d'euros au TLIP alimenté par l'IOTA pour la transformation maritime...

Traversez le canal de Corinthe

Le canal de Corinthe est une très longue voie navigable qui traverse l'isthme de...

Le redoutable Pot-au-Noir, naviguer dans les calmes équatoriaux

Les navigateurs intrépides qui ont sillonné les océans ont toujours redouté une région particulière...

Quel avenir pour les projets flottants d’énergie solaire ?

Une étude réalisée par la Banque mondiale a révélé le potentiel d’installation de projets...

Harmonie en haute mer : naviguer avec astuce et...

Naviguer en mer est une danse délicate avec Dame Nature, où la météo est...